Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lettre d'introduction

Chers consoeurs et confrères,

La pollution atmosphérique est un problème majeur de santé publique et nous ne pouvons rester indifférents :

Le Centre international de recherches sur le cancer (OMS) de Lyon a décidé en 2012 le classement des particules fines des moteurs diesels (et essence) en cancérogènes certains et classé également en 2013 la pollution atmosphérique dans la catégorie "cancérigène certain" :

"Les experts ont conclu (…) qu'il existe des preuves suffisantes pour dire que l'exposition à la pollution de l'air extérieur provoque le cancer du poumon. Ils ont également noté une association positive avec un risque accru de cancer de la vessie", a précisé l'IARC dans un communiqué.

223 000 DÉCÈS DU CANCER DU POUMON

Les données les plus récentes dont disposent le CIRC montrent qu'en 2010 dans le monde, 223 000 personnes sont mortes d'un cancer du poumon en lien avec la pollution de l'air.

Habiter à proximité du trafic routier pourrait être responsable d’environ 15 à 30% des nouveaux cas d’asthme (et allergies) chez l’enfant et, dans des proportions similaires, voire plus élevées, de pathologies chroniques respiratoires et cardiovasculaires chez l'adulte.

La relation entre l’exposition aux particules fines, la morbidité et la mortalité cardio-vasculaires avait été établie par les travaux de l’American Heart Association ; l’étude européenne Aphekom la confirme. Une étude parue dans « Circulation » démontre encore qu'habiter à moins de 50 m d’un axe routier augmente le risque de morts subites cardiaques de 38% versus habiter à une distance d'au moins 500 m.

Les études démontrant les méfaits de cette pollution se multiplient et l'on découvre des effets déjà in utéro, des effets également néfastes sur le cerveau.

Au total, la surmortalité due à la pollution est en forte hausse et se traduit par une perte d’espérance de vie, pour chacun d’entre nous, habitant à Strasbourg, de 8 à 12 mois (Etude Aphekom).

De nombreuses études placent Strasbourg et Paris à un même niveau de pollution, Strasbourg était même la ville la plus polluée de France ce jeudi 19 mars.

A l'instar des médecins parisiens qui avaient lancé un appel et une pétition en mars 2013, nous ne pouvons rester insensibles et devons nous mobiliser. Cette pétition reprend donc les grandes lignes de l'appel des médecins parisiens.

Au delà de nos éventuelles divergences sur les réponses à apporter, ce qui doit nous rassembler, c’est notre responsabilité commune de porter le diagnostic et de défendre ainsi nos patients.

Nous vous invitons à diffuser et à signer nombreux cet appel (déjà 40 médecins signataires à la date du 24 Mars) dont nous proposerons la publication dans les média et que nous remettrons aux responsables locaux.

Voir et signer l'appel

Nous sommes à votre disposition et vous prions de recevoir, Chère consœur, Cher confrère, nos salutations confraternelles.

Partager cet article

Repost 0